Succès

La Confédération, les cantons et les communes ont développé de manière significative leur politique d’intégration au cours des dernières années. Dans le cadre des programmes cantonaux et communaux d’intégration (PIC), des mesures d’encouragement de l’intégration ont été mises en place ces deux dernières années, et ont été harmonisées de manière systématique.

avec les employeurs et les associations professionnelles, les syndicats et les organisations de migrants. Des objectifs concrets ont été définis et des projets communs ont été lancés afin d’améliorer l’intégration des migrants sur le marché suisse du travail.

Les programmes d’intégration cantonaux PIC interviennent dans plusieurs domaines :

  • le conseil et l’information, le développement d’offres d’interprétariat afin que les informations puissent être comprises,
  • l’accès à un soutien précoce des enfants en âge préscolaire,
  • l’encouragement des connaissances linguistiques,
  • l’intégration professionnelle,
  • la vie ensemble et l’intégration sociale sur place.

La priorité est accordée à la promotion des langues et aux mesures de formation et de qualification professionnelle.

Dans le cadre des PIC, chaque année

  • 100 000 migrants, notamment des réfugiés et des personnes admises à titre provisoire, participent à des mesures ciblées d’encouragement pour l’apprentissage des langues,
  • des centaines de places et d’interventions sont proposées dans le cadre des mesures de qualification professionnelles,
  • des milliers de personnes bénéficient de conseils et d’informations dans les quelque 50 centres de consultation ouverts en Suisse,
  • plus de 200 000 heures d’interprétariat communautaire sont dispensées dans des situations où la communication peut être difficile, telles que notamment dans les hôpitaux, les écoles et les services sociaux ; plus d’un tiers concerne les langues parlées dans les pays d’origine des réfugiés.

Les mesures affichent parfois des taux de réussite considérables. Les mesures linguistiques notamment permettent aux réfugiés reconnus et aux personnes admises à titre provisoire d’acquérir des compétences en langue, de l’autonomie, et de l’assurance. Les projets de qualification professionnels présentent quant à eux des taux de placement dans la formation professionnelle ou sur le marché du travail compris entre 50 % et plus de 80 %. Ils contribuent ainsi chaque année de manière décisive à l’amélioration de l’employabilité des réfugiés reconnus et personnes admises à titre provisoire, ainsi qu’à la baisse de la dépendance de l’aide sociale de ces derniers, et par là des coûts de cette aide.

Depuis 2012, la Confédération, les cantons et les communes entretiennent un dialogue avec les employeurs et les associations professionnelles, les syndicats et les organisations de migrants. Des objectifs concrets ont été définis et des projets communs ont été lancés afin d’améliorer l’intégration des migrants sur le marché suisse du travail.