Potentiels

Les mesures prises dans le domaine de la formation ne doivent pas concerner uniquement les jeunes, mais également les adultes.

Les adultes sans formation post-obligatoire représentent un groupe-cible important : actuellement, entre 6000 et 8000 adultes terminent chaque année une formation professionnelle et obtiennent soit une attestation fédérale de formation professionnelle (AFP) soit un certificat fédéral de capacité (CFC), ce qui représente 10 % de tous les diplômes professionnels. Des données sont actuellement collectées sur les personnes sans diplôme post-obligatoire qui seraient cependant intéressées par l’obtention d’un diplôme. Un projet commun de la Confédération, des cantons et des associations professionnelles a pour objectif l’amélioration des conditions-cadres.

Le secteur de la formation continue mérite lui aussi d’être étudié. En effet, bien que la Suisse soit déjà très bien placée en comparaison internationale avec une participation aux activités générales de formation plus élevée que la moyenne, un potentiel d’amélioration existe cependant pour les personnes peu qualifiées. Le taux de participation à la formation continue des personnes sans titre de la formation post-obligatoires’établissait à seulement 31 % en 2011, alors qu’il est de 79 % chez les titulaires d’un titre du degré tertiaire.

Un sondage effectué auprès de quelque 6000 personnes dans le cadre du « Baromètre de la relève MINT en Suisse » a montré que de nombreux jeunes, notamment des jeunes femmes, ne se sentent pas encouragés dans leur intérêt pour les formations en sciences naturelles et techniques. Ce résultat se reflète dans les statistiques : la part des femmes suivant une formation professionnelle dans un domaine technique est faible. Il en est de même pour les disciplines mathématiques/physique au gymnase, où la part des filles s’établit à seulement 20 %.